Quelles sont les bases à connaitre en solfège ?

Quelles sont les bases à connaitre en solfège ?

Quelles sont les notions dont on ne peut se passer en musique ? Dans cet article nous allons décrire ce qu’on appelle « les bases du solfège » et que tout musicien doit connaître pour progresser harmonieusement.

 

 Pourquoi apprendre le solfège ?

 

Le solfège est la langue de la musique. Il est indispensable à l’écriture musicale qui n’est autre que la composition et la musique elle-même.

En effet, aucune musique « écrite » ne peut se faire sans solfège, tout comme aucune littérature ne peut s’écrire sans employer les lettres de l’alphabet, les règles de grammaire ou la ponctuation. Nous parlons ici de la musique dite « écrite » qui concerne essentiellement la musique occidentale, qui est notée sur des partitions suivant des règles bien précises de composition. Il faut savoir que les musiques orientales et les autres musiques du monde n’obéissent pas aux mêmes notions.

On comprend donc aisément pourquoi les notions fondamentales du solfège sont universellement partagées, et combien il est important pour un musicien de connaître les bases du solfège (à condition d’être bien guidé en suivant des méthodes pour apprendre le solfège). Ces dernières sont très faciles à acquérir, mais quelles sont-elles ?

 

1 – Les notes

 

La musique commence par des sons, et chaque son correspond à une note avec dénomination bien précise. En réalité aucune musique n’existe sans note, même pour siffloter ou chantonner sous la douche ! Connaître les notes est donc incontournable pour faire de la musique. Pour prendre un exemple extrême un musicien doté de l’oreille absolue, quand il écoute un morceau de musique, entend défiler non pas des sons mais des notes !

Donc la première chose à faire en solfège est de savoir lire ses notes dans une ou plusieurs clés suivant l’instrument. Pour cela, il suffit d’apprendre à lire les notes à l’aide d’un bon système de lecture et de pratiquer régulièrement ce qu’on appelle de la lecture de notes jusqu’à pouvoir les lire couramment comme on lit un livre.

 

2 – Le rythme

« Sans rythme, pas de musique ! »  

C’est l’une des phrases favorites des musiciens, car contrairement aux apparences, le rythme en musique est aussi important, sinon plus, que les notes.

En effet, quelques fausses notes ne sont pas graves et passent souvent inaperçues – s’il n’y en a pas trop et si l’interprète est assez habile pour les faire oublier, mais un faux rythme jamais ! Quand le rythme est mauvais ou approximatif, on sent d’instinct que quelque chose cloche, un peu comme si le sol perdait tout à coup sa stabilité.

De plus, une musique sans rythme n’est qu’une succession de sons sans signification car c’est le rythme qui donne vie à la musique en lui conférant dynamisme et vitesse.

En musique, il est donc essentiel de se familiariser avec les différents rythmes et de savoir comment compter en mesure. C’est pourquoi une partie importante du solfège est consacrée à l’apprentissage des rythmes et de la mesure ainsi qu’à développer le sens du rythme.

 

3 – La construction musicale

 

Pour avoir des bases solides en solfège, le musicien en herbe se doit d’avoir quelques notions de construction musicale, cela lui évitera de se heurter rapidement à des limites regrettables qui pourraient entraver ses progrès.

En effet, une fois les notes et le rythme appris, il reste à intégrer certains aspects musicaux dont voici quelques exemples :

  • Qu’est-ce qu’une altération et comment fonctionne – t-elle ?
  • Comment se construit une gamme ?
  • Quels sont les principaux modes et tons ?
  • Quels sont les signes en musiqueet quelle est leur signification ?
  • Etc…

Autant de sujets indispensables à connaître pour rendre la lecture d’une partition très claire et éviter de faire grosses erreurs sans même s’en rendre compte !

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *